+34 965 030 870 hello@sonneil.com

Selon Bloomberg, les bâtiments et les constructions qui nous entourent pourraient détenir la clé pour respecter les engagements globaux en relation avec les changements climatiques. Aujourd’hui dans le blog de Sonneil nous commentons cet article et nous nous demandons dans quel période se trouve l’Espagne.

« La pandémie de covid-19 nous a obligé à repenser à comment nous utilisons les espaces dans lesquels nous vivons et travaillons et chaque fois plus de pays et d’entreprises s’engagent avec la stratégie net zéro (zéro émissions) ». Ainsi commence l’article de Bloomberg.  

Mais commençons par le commencement, qu’est-ce qu’un bâtiment net zéro?

Net zéro: l’objectif vert

Selon le Conseil Mondial du Bâtiment Durable (World GBC, World Green Building Council), les bâtiments et l’industrie de la construction sont responsables aux alentours de 30% de la consommation globale d’énergie, de 30% des émissions de Gaz à Effet de Serre et de 50% des émissions de CO2 dans les grandes villes.

Face à cette réalité, le net zéro se présente comme un des objectifs à moyen et long terme de l’industrie du bâtiment. Basiquement, il s’agit de la certification qu’un bâtiment possède une très grande performance énergétique, avec des effets nets de ‘zéro énergie‘ (consommation nette zéro en énergie) ou ‘zéro émission de carbone‘  

Le World GBC établit un horizon très ambitieux à ce respect: à partir de 2030, toutes le nouvelles constructions doivent entreprendre avec zéro émission de carbone. Et en 2050, 100% des constructions doivent entreprendre avec zéro émission de carbone.

Pourquoi poursuivre le net zéro?

Ça semble presque superflu de l’expliquer, n’est-ce pas? Comme c’est expliqué dans Bloomberg, la contamination par CO2 continue d’accroître tous les ans ( en 2019 on a battu un nouveau record, avec un total de 36.810 millions de tonnes métriques en émission).

C’est pourquoi le concept du net zéro se définit comme un des piliers de la lutte contre le changement climatique, et l’industrie de la construction comme notre allié. De plus il est prévu que l’infrastructure résidentielle se multiplie par deux dans les 30 prochaines années.

Selon le Rapport Global sur le Bâtiment et la Construction publié par l’Alliance Globale d’Édification et Construction pendant la CPO25 de Madrid, la décarbonisation du secteur du bâtiment et de la construction est essentielle pour atteindre les engagements de l’Accord de Paris et les Objectifs de Développement Durable des Nations Unis.

Et les mesures d’efficacité énergétique pourraient produire une réduction de 48% dans les émissions globales pour 2030.

Comment obtenir le net zéro?

Dans l’architecture durable, les énergies renouvelables jouent un rôle fondamental. Sans elles, atteindre zéro émission net est une utopie. Apprenez bien ces noms (si vous ne les connaissez pas déjà):

  • Énergie Solaire Thermique. Installation de panneaux solaires qui produisent de l’énergie thermique pour, par exemple, fournir de l’eau chaude au logement.
  • Énergie Solaire Photovoltaïque. Aussi avec des panneaux solaires mais, dans ce cas, pour produire de l’énergie électrique qui remplace le réseau électrique conventionnel.
  • Biomasse. Avez-vous entendu parler des chaudières domestiques de granulés de bois? Ceci est la version moderne (et plus efficace) des cheminées que l’on connaît déjà. Il s’agit d’exploiter les résidus agro-industriels, la matière organique animale (engrais) ou végétale (reste de taille) pour obtenir de l’eau chaude.
  • Énergie Mini Éolienne. Idéale pour les zones à vent. Les logements peuvent installer des petits aérogénérateurs pour produire de l’électricité.
Bâtiments durables

Et que se passe-t-il en Espagne? 

Le 24 septembre est entré en vigueur l’actualisation du nouveau Code Technique de l’Édification (CTE) qui cherche à s’aligner avec les objectifs globaux de réduction d’émissions, économie d’énergie et la production d’énergie renouvelable. Comme l’explique dircomfidencial.com, avec cette modification l’objectif est d’améliorer l’efficacité énergétique de l’infrastructure résidentielle espagnole en réduisant l’utilisation de l’énergie non renouvelable comme le pétrole, le charbon, le gaz. 

Les deux changements les plus remarquables qui ont été appliqués à la CTE sont les suivants: 

  •  Limitation de la consommation totale d’énergie. Pour des bâtiments déjà construits il sera permit 40% en plus de consommation énergétique totale à la différence des constructions neuves. 
  • Control de demande. La liste des exigences pour savoir si un bâtiment répond aux limites de consommation énergétique change et s’adaptent selon la zone, géométrie, matériaux, orientation, ventilation, humidité…

De plus, la réhabilitation énergétique des bâtiments est considérée comme un possible moteur d’emploi et de richesse après la crise de covid-19. Dans ce sens il est important de souligner que la Stratégie à long terme pour la réhabilitation énergétique dans le secteur de l’édification en Espagne publiée par le Ministère de Transport, Déplacement et Agence urbaine fut estimée exceptionnelle par le groupe d’experts Buildings Performance Institute Europe, qui estime le projet espagnol comme le meilleur de l’Union Européenne.

Et comme curiosité, dans ce web d’El Confidencial vous pouvez voir quelques-uns des bâtiments les plus durables d’Espagne.

Les constructions durables participeront dans le respect et l’entretien de notre environnement, en nous aidant à prendre soin des paradis comme ceux que nous trouvons sur les côtes espagnoles.